Le roman de Tokyo, en route vers 2020 (1er épisode)

Les jardins seigneuriaux de l’époque d’Edo

Promenade dans des jardins magnifiques

| Daimyo Garden

Le jardin Rikugien

En haut à gauche, la maison de thé Takimi-Jaya à l’ambiance rustique où se fait entendre le bruissement des eaux d’un torrent. Au milieu à gauche, le plan d’eau principal aux eaux généreuses ceinturées d’arbres. En bas à gauche, les tons flamboyants de l’automne dans le jardin. En haut à droite, les azalées en fleurs cernent le sentier de promenade du Fujishiro-no-misaka. Au milieu à droite, les cerisiers pleureurs illuminés. En bas à droite, les allées du jardin, si belles qu’on a du mal à croire qu’on est au cœur de la ville…

Une fois qu’on l’a visité, on n’a qu’une envie : revenir, encore et encore, dans ce jardin qui respire la sérénité. C’est à partir de 1695 et sur une durée de 7 années que Yoshiyasu Yanagisawa construisit ce jardin sur un terrain qui lui avait été octroyé par le 5ème shôgun Tokugawa, Tsunayoshi. Le nom Rikugien provient des 6 principes fondamentaux de la poésie japonaise inscrits dans le recueil Kokin Wakashu par Ki no Tsurayuki, qui trouvent leur origine dans le recueil de poésie chinoise dit Mao Shi. Yanagisawa construisit un plan d’eau alimenté par les eaux de la Sengawa et y aménagea une île, Naka-no-shima, composée de deux collines, Imoyama et Seyama, et entourée de sentiers cheminant à l’infini : le rivage du lac baptisé Deshio-no-minato, le promontoire Fujishiro-no-misaka ou encore le sentier Sasakani-no-michi, qui se déroule comme un fil arachnéen, sont autant de tableaux empreints de poésie, tout droit sortis des paysages de Wakanoura (Kishu) célébrés dans le Manyoshu et le Kokin Wakashu. Chaque année, au printemps, le jardin se pare des tons délicats des cerisiers et des azalées, puis à l’automne, des tons flamboyants des feuillages de l’arrière-saison.

On peut voir sur ce plan ancien du Rikugien, conservé à la bibliothèque Yanagisawa Bunko, le Rikugikan ainsi que les bâtiments de la résidence secondaire et de la retraite de campagne de la famille Yanagisawa. Aujourd’hui, il n’en reste que le jardin.

L’île Naka-no-shima vue depuis la rive Tamamo-no-iso

DATA

Adresse : arrondissement de Bunkyo-ku, Honkomagome 6 chome
Téléphone : 03-3941-2222
Jours de fermeture : du 29 décembre au 1er janvier
Heures d’ouverture : de 9h à 16h30 (fermeture à 17h)
Entrée : 300 yens (150 yens pour les plus de 65 ans). Gratuit pour les collégiens résidant à Tokyo et les écoliers