| Discoveries

Les motifs mystérieux géométriques soudainement apparus au fond de l’océan étaient en fait des nids de toute beauté destinés à lar eproduction des poissons-globes, ces esthètes des profondeurs marines

Un nid aux motifs complexes sculpté dans le sable des fonds marins.
Photos / Yôji Ôkata
Un poisson-globe étoilé d ’Amami mâle mord le corps de la femelle pour stimuler la ponte.
Photos / Yôji Ôkata

Cest il y a 15 ans, alors que l’humanité entrait dans le 21ème siècle, que de magnifiques motifs furent découverts sur le sable des fonds marins, à 10 à 30 mètres de profondeur, au large de l’île d’Amami Oshima. Les plongeurs se perdaient en conjectures : mais quels étaient donc ces artistiques motifs
géométriques circulaires, d’environ 2 mètres de diamètre ? Qui les fabriquait,et comment ?
Il s’avéra que ces mystérieuses rosaces apparaissaient chaque année entre les mois d’avril et août. En mai 2011, le photographe marin Yôji Ôkata réussit à immortaliser sur pellicule le poisson auteur de ces cercles. Une équipe de reportage de la NHK, ayant eu vent de cette nouvelle, commença immédiatement ses investigations. Un chercheur, expert et docteur en ichtyologie, Keiichi Matsuura, du Musée National de la Nature et des Sciences, se lança dans l’étude du phénomène. Ces études se poursuivirent sur une
période de deux années, avec la coopération des plongeurs locaux, et débouchèrent sur la découverte
suivante : l’artiste était une nouvelle espèce de fugu, le poisson-globe Amami Hoshizora Fugu (« poissonglobe étoilé d’Amami »), qui fit l’objet d’une thèse publiée en septembre 2014.
Le poisson-globe étoilé d’Amami fut sélectionné parmi les 10 espèces animales nouvellement découvertes présentées chaque année par l’International Institute for Species Exploration de l’Université de New York. Chaque année, environ 18 000 nouvelles espèces vivantes sont découvertes, mais c’était la première fois qu’une espèce spécifiquement japonaise était sélectionnée : le comportement unique de ce poisson, qui crée au fond de l’océan des motifs circulaires artistiques, avait fait forte impression.

Il lui faut une semaine pour
fabriquer un nid

La femelle pond au centre de la rosace, vers lequel les motifs complexes du pourtour guident les courants marins, assurant l’approvisionnement en eau de mer fraîche. D’autres poissons fabriquent des nids à des fins de ponte, mais les poissons aux créations aussi élaborées sont d’une immense rareté. Les motifs prennent la forme de rayons, au nombre de 24 à 30, et chacun d’ entre eux est différent. Ce serait là ce qui fait toute la différence entre les mâles qui ont du succès auprès de ces
dames, et ceux qui n’en ont pas. D’après M. Matsuura, « d’autres caractéristiques intéressantes sont à noter, notamment le tri de déchets et de coquillages et leur utilisation pour la création de motifs décoratifs sur le pourtour du nid. » Le mystérieux poisson-globe étoilé d’Amami n’a pas fini d’étonner les chercheurs !

Dr Keiichi MATSUURA
Chercheur honoraire auprès du Musée National de la Nature et des Sciences, ses domaines d’expertise sont la phylogénie, la classification et la répartition des poissons-globes, des balistes kawahagi et des poissons des récifs coralliens. Il supervise également la création d’encyclopédies ichtyologiques illustrées.