Visionneuse

Attentionné Étude de produit – Produit no1 Tabmaker (Nichiban)

Decrease Font Size Increase Font Size Text Size Print This Page

 

Produit no1 Tabmaker (Nichiban)

 

Une attention qui n’a l’air de rien : replier l’extrémité du ruban adhésif pour former un onglet qui permet de le saisir et de le décoller aisément. C’est une habitude assez répandue, mais en décembre dernier, un dispositif permettant de faire des onglets de façon simple et pratique est apparu sur le marché. Pourquoi ?
Photography / Satoru Naito
Interview and text / JQR

 

Yuji Kinoshita, senior manager, du département central des opérations rubans adhésifs (à gauche) et Masanori Sato, du département de développement rubans adhésifs, qui a dirigé l’éq uipe de développement.

 


Le distributeur de ruban adhésif
Tabmaker TM
Prix de détail conseillé
(hors taxes) 2100 yens

JQR: Entrons sans plus attendre dans le vif du sujet. Qu’est-ce qui vous a amené à vouloir développer un distributeur de ruban adhésif pourvu d’une fonction de création d’ « onglets » ?

Sato: L’idée m’est venue en faisant les courses. Je me suis aperçu que les commerces recourant à du ruban adhésif replié sous forme d’onglet pour emballer les achats étaient de plus en plus nombreux. Nous nous sommes lancés dans le développement du produit il y a deux ans.

JQR: Vous avez vu un besoin dans le fait qu’il est fastidieux d’avoir à replier le ruban adhésif à la main ?

Sato: Il y avait aussi cette idée que si cet onglet pouvait se faire aisément, cette culture de l’attention au client se propagerait…

Kinoshita: Il me semble qu’on a commencé à voir beaucoup d’onglets à partir du moment où ils ont été adoptés par une grande chaîne de vêtements. Bien sûr, il y en avait déjà avant cela, par exemple les étagères en plastique dans les réfrigérateurs qui sont fixées avec du ruban adhésif pour ne pas bouger durant le transport, et dont l’extrémité est repliée sous la forme d’un onglet.

JQR: Vous n’avez pas tenté de faire des onglets à cette époque là ?

Kinoshita: Nous avions déjà tenté de relever ce défi plusieurs fois dans le passé. Mais nous n’avions pu parvenir qu’à des produits insuffisamment aboutis. Nous savions à peu près de quelle manière procéder pour obtenir un onglet, mais…

JQR: Et malgré tous ces échecs, le projet est finalement passé ?

Sato: Tout laissait à penser que le développement prendrait du temps, mais nous avons mis en avant le fait que la création serait plus rapide avec un mécanisme plus simple. L’équipe de développement a réussi à élaborer des prototypes entre des discussions animées.

Kinoshita: C’est ordinairement le siège opérationnel qui décide du thème d’un produit à développer, après une étude de marché. Mais pour ce produit, c’est le département du développement qui a pris les choses en main, avançant sur le projet au fur et à mesure de l’obtention d’un certain consensus.

JQR: Ah bon ! Et quelles difficultés avez-vous rencontrées dans le développement de ce produit ?

Sato: Le principal problème, c’était le taux de réussite de l’onglet. Comme le « Tabmaker » était conçu dans l’idée d’ être utilisé dans les bureaux et dans les commerces, il était primordial que l’on puisse faire un onglet d’un seul coup quand on est pressé. L’échec n’est pas permis, car si on rate, ça devient compliqué.

JQR: Donc, si vous n’augmentiez pas le taux de réussite, le produit ne rencontrait pas son public. Quel était votre objectif ?

Sato: Nous avons démarré en visant 95 %, mais le produit fini atteint un taux de réussite de 98 %.


Saisir l’extrémité du ruban. Utiliser un ruban conforme aux prescriptions.

Tirer le ruban, le rabaisser pour qu’il adhère au coussin mobile, et amener le tout vers la lame de coupe.

Couper le ruban en le courbant légèrement sur la lame : un onglet se forme à l’extrémité du ruban.

À la recherche d’un mécanisme inédit, en travaillant à la main

Kinoshita:Tirer un bout de ruban adhésif et le replier quelque part, cela paraît tout simple. Mais à réaliser, c’est une autre paire de manches. Nous avons élaboré et envisagé toutes sortes de mécanismes, et finalement nous avons adopté le principe du recours à un ressort.

Sato: Lorsque l’on coupe le ruban adhésif, l’extrémité du ruban du distributeur reste collée au coussin mobile qui revient d’un coup en arrière sous l’effet du ressort, et, lors de ce mouvement de retour, le ruban se replie sur lui même vers le haut, formant ainsi un onglet. Le problème est que ce repli doit absolument se faire vers le haut, sans quoi on n’obtient pas d’onglet.

JQR: Je vois. S’il se replie vers le bas la face non encollée du ruban est en contact avec elle-même et ne donne pas d’onglet.

Sato: Pour un seul prototype, nous avons fait 50 000 essais. Le week-end, j’emportais le prototype à la maison et je le testais sans dire un mot. J’ai fait comme ça plusieurs montagnes de bouts de ruban (rire) !

Kinoshita:Cela dépend aussi du ruban que l’on met dedans. Comme on ne savait pas quel mécanisme permettrait de faire l’onglet vers le haut, le seul moyen était d’essayer en vrai.

Sato: Même à partir du moment où nous nous sommes décidés pour un mécanisme à ressort, nous avons coupé et recoupé des quantités de ruban pour faire les réglages. Il faut par exemple que le ruban adhère au coussin, mais pas trop car il faut également qu’il se décolle. Il a fallu faire des choix dans les priorités.

JQR: Quel a été le point décisif pour réussir à faire des onglets ?

Kinoshita: La matière utilisée pour le coussin mobile, ainsi que la forme et l’angle du coussin fixe sur lequel il vient buter. C’est cela qui permet au ruban de se replier vers le haut.

Sato: L’angle optimal pour le coussin fixe, nous l’avons trouvé au feeling. Nous avons élaboré un certain nombre de prototypes avec différents angles, et nous avons procédé par essais et erreurs répétés en combinant avec le degré d’adhérence du coussin mobile. À la fin, tous les membres de l’équipe ne se sont consacrés qu’à ce seul travail : couper du ruban, et noter les chiffres sur un tableau. Les spécifications ont été déterminées à partir des valeurs réelles du nombre de succès par rapport au nombre d’essais. Le caoutchouc utilisé pour le coussin mobile devait lui aussi adhérer fermement au ruban mais se détacher aisément quand on tire le ruban vers le haut.

JQR: Vous deviez donc rechercher un matériau qui combine deux fonctions totalement opposées?

Kinoshita: Le ruban adhésif n’est qu’une suite de contradictions. Il doit bien coller et se détacher facilement. Mais c’est là pour nous une exigence de qualité basique. Il en va de notre destin de fabricants de ruban adhésif, voyez-vous.

JQR: Votre produit arrive à point nommé. Comment a-t-il été accueilli ?

Kinoshita: Lors de la mise sur le marché en décembre dernier, les réactions ont été positives, mais les ventes timides par rapport à nos attentes. Ce n’est qu’en février que nous avons poussé un ouf de soulagement, quand le nombre de commandes a enfin augmenté.

 

Pour tout renseignement :
NICHIBAN Co., Ltd.
Centrale de contact clients :
0120-377218

この記事の感想
  • とてもおもしろく役に立った (0)
  • おもしろかった (0)
  • 役に立った (0)
  • つまらなかった (0)