La sélection de Shozo Izuishi (4ème partie) – La montre pendentif Micro Locomotive – J’entends une minuscule locomotive à l’intérieur

Decrease Font Size Increase Font Size Text Size Print This Page
Qrs 2
La partie supérieure du pendentif, rappelant une colonne corinthienne. Son sommet est serti d’une grosse tourmaline rose et de petites émeraudes. C’est cette partie que l’on tourne pour remonter le mécanisme qui donne vie à la montre.
K18YG/K18WG Montre Tourmaline Emeraude Diamant

 

L’histoire des poupées Karakuri (poupées mécaniques) est ancienne. On dit que leur père serait Izumo Takeda. En 1658 (première année de l’ère Manji), il se rend à Kyoto, pour faire offrande de ses poupées au palais impérial. C’est alors qu’il reçoit le nom de Yakumo Takeda.

 

Des années plus tard, un autre fabricant de poupées Karakuri, Hisashige Tanaka, fait connaître son nom. Hisashige Tanaka est né le 18 septembre 1799 (11ème année de l’ère Kansei) dans la ville de Kurume, à Kyûshû. Il se faisait aussi appeler Giemon Karakuri.

Giemon a réalisé, entre autres, une poupée transportant une coupe à saké. Elle portait un joli collier, et tenait un plateau sur lequel était posé une coupe. Lorsqu’on versait du saké dans la coupe, elle se mettait en marche, se présentait devant son hôte et s’arrêtait. Après en avoir gobé le contenu, l’hôte reposait la coupe sur le plateau, la poupée se remettait alors en mouvement et retournait sur ses pas.

Parmi ses créations, le chef d’œuvre de Giemon est son Horloge Millénaire (Mannen Jimeishô). Jimeishô, signifie horloge japonaise. Quant à Mannen, qu’on traduit ici par Millénaire, on pourrait tout aussi bien lui donner le sens de complexe. Giemon entame la réalisation de l’Horloge Millénaire en 1850 (3ème année de l’ère Kaei). Il la termine l’année suivante, Giemon a alors 53 ans.

 

Qrs 1

 

« Le plan de conception de l’ensemble et le montage étaient bien sur l’œuvre du maître horloger, mais il déléguait les tâches de base à d’autres artisans comme un maître fondeur, un maître menuisier, un maître laqueur, ou encore un maître doreur, qui produisaient une ébauche grossière des pièces de la machine. L’horloger, à l’aide de limes et d’autres outils, leur apportait une finition précise, puis se chargeait de l’assemblage. Le fondeur faisait la cloche, le menuisier le socle et le couvercle, les gravures et incrustations sur les côtés étaient réalisées par des spécialistes de ces disciplines. La partie la plus délicate pour O-umi fut le cœur de l’horloge, notamment ses ressorts et rouages. Lime en main, il tallait lui-même une par une ses roues dentées à la faible lueur d’une lampe à huile, et n’était jamais satisfait de la qualité de ses ressorts. » (Mori Toyota « Biographie de Hisashige Tanake »)

 

Dans ce texte, celui qu’on appelle « O-umi » n’est autre que Hisashige. Il reçut le titre de O-umi Daijô au Temple Daikakuji de la part de l’empereur en 1849 (2ème année de l’ère Kaei), et fut par la suite souvent nommé ainsi. O-umi Daijo est le plus célèbre des fabricants de poupées Karakuri. Quant à sa « lampe à huile », elle désigne un type de lampe éclairant de manière stable et constante. Elle est aussi le fruit de l’imagination de Hisashige, et fut largement diffusée dans le monde.

Dans sa forme définitive, l’Horloge Millénaire mesure 83 centimètres de haut, son socle 65 centimètres de large. Hexagonale, chacune de ses six faces présente un cadran avec une fonction bien précise. C’est bel et bien une horloge complexe. La particularité de cette horloge réside dans la présence d’une montre de gousset 16 rubis de fabrication suisse enchâssée à l’intérieur. Et dans le fait que le mouvement de cette montre de gousset entraîne tout le mécanisme de l’horloge elle-même.

L’Horloge Millénaire était au centre de toutes les discussions. Un de ceux qui voulurent l’acquérir s’appelait Dewanokami Matsudaira, châtelain à Matsue. Mais il y renonça en apprenant qu’elle coûtait alors la bagatelle de mille ryos. Et jusqu’à nos jours, plus personne ne voulut l’acheter. Inutile d’essayer de lui attribuer un prix, le chiffre serait astronomique.

 

En me plongeant dans l’histoire de Hisashige Tanaka et de l’Horloge Millénaire, je n’ai pu m’empêcher de penser à Tomoaki Kiyota. C’est un joailler, mais il ressemble au fabricant de poupées mécaniques. Kiyota a toujours voulu réaliser la montre de joaillerie parfaite. Il y a dans notre monde autant de montres de joailleries que d’étoiles dans le ciel, mais le chef d’œuvre dont rêvait Kiyota devait incarner la beauté idéale. Et pour ce faire, il fallait absolument lui donner un mouvement unique, original.

Pas seulement un mouvement, il lui fallait dans un premier temps trouver le mouvement qui ferait partie intégrante du bijou qui s’esquissait dans son esprit. Dix années se sont écoulées avant qu’il ne croise enfin ce mouvement qui deviendrait une composante de l’esthétique Kiyota. Il s’agit de sa rencontre avec Hisashi Hara. Hisashi Hara est un horloger indépendant, unique en son genre au Japon. Il a réalisé une montre à mouvement baguette sans aucun précédent. Le mouvement d’une montre décrit généralement de simples cercles, ce qui ne représente aucunement un challenge intéressant pour le design d’une montre de joaillerie. Le mouvement baguette. Un mouvement circulaire, ondulant verticalement, tel celui d’une minuscule locomotive.

Quand Kiyota eut en main cette loco microscopique, il pensa : « ce sera une montre squelette ». Un design permettant d’admirer la locomotive miniature à 360 degrés. Pour cela, il avait besoin d’un écrin cylindrique et transparent. Quand il eut cette idée, son esprit s’illumina. D’un coup d’un seul, il venait d’achever le design de son bijou. Une montre pendentif renfermant une micro locomotive, on n’avait jamais vu ça, ni au Japon bien sûr, ni nulle part au monde.

A propos, cette montre pendentif possède un ultime secret de beauté. Elle est faite d’un bloc parfait, d’une symétrie parfaite, sans la moindre irrégularité. Car elle n’a pas de remontoir. Enfin si, il y en a bien un. C’est le couvercle de son écrin, surmonté d’un rubis, qui fait office de remontoir. Plus qu’un couvercle : un diadème ; un joli rubis que l’on peut saisir de ses doigts pour remonter la montre.

 

Qrs 3 Qrs 4
Des bijoux « tricotés », s’inspirant de la dentelle vénitienne. Plus qu’une simple dentelle, ils sont d’ une grande élégance, souples et confortables.
(à gauche) K18WG Bague Diamant modèle : 0-50-02117-A011 1 386 000 yens (taxe comprise)
(à droite) K18WG Broche Pendentif Diamant modèle : 3-50-04232-A051 1 155 000 yens (taxe comprise)
Une broche, au motif croix grecque, repoussant les limites de la minutie. Son support de broche n’est absolument pas visible, ce qui est propre aux réalisations Cisey.
K18/K18WG Pendentif Broche Diamant modèle : 2-50-03029-A041 1 617 000 yens (taxe comprise)
Qrs 5 Qrs 6
Un magnifique contraste d’or et de tanzanite pour cette bague double anneau. Les ornements qui bordent le grand saphir rappellent des vaguelettes de sables dans le désert.
K18/pt Bague Tanzanite Diamant modèle : 0-50-00005-A001 17 640 000 yens (taxe comprise)
Une bague en forme de bouclier, bâtie comme un dolmen de la civilisation celte antique. Sa symétrie, horizontale et verticale, semble nous jouer un air de musique baroque.
(à gauche) K18/K18WG Bague Diamant modèle : 0-50-00002-A071 2 887 500 yens (taxe comprise)
(à droite) K18/K18WG Pendentif Diamant modèle : 2-50-04095-A021 630 000 yens (taxe comprise)

 

●Pour tout renseignement : Studio Kiyota
TEL:055-251-4100
http://www.cisey.jp/

 

Shozo Izuishi
Né en 1944, il entre dans le monde de la mode en 1964 et y déploie depuis des activités variées : designer, consultant, critique… Il a publié de nombreux ouvrages, parmi lesquels « Otoko wa naze nekutai wo musubu no ka ? (Pourquoi les hommes portent-ils une cravate ?) » (Shinchosha) et Bruu jiinzu no bunkashi (Histoire culturelle du blue-jean) » (NTT Shuppan). Son ouvrage récent, « Suutsu no hyakkajiten (L’encyclopédie du costume) » (Banraisha), dans lequel il explique sa vision du costume masculin, a été accueilli favorablement par la critique.

 

Photos: Satoru Naitô

この記事の感想
  • とてもおもしろく役に立った (0)
  • おもしろかった (0)
  • 役に立った (0)
  • つまらなかった (0)